Conseils de lecture

Le mandarin miraculeux
14,00
par (Libraire)
27 mars 2017

La mandarin miraculeux

Un titre puissant qui aborde les thème de l'immigration, de la peur, du défi et du manque d'amour. La narratrice vient de perdre un œil et découvre un monde dont les contours, les distances et les angles lui échappent. Dans ses déambulations nocturnes elle fait le récit de son passé, de son adolescence jusqu’à la perte récente de son œil gris et sa rupture avec un homme qu'elle n'a pu aimer autant qu'elle l'aurait voulu. Ses sentiments sur son pays d'origine son confus, entre la haine de ce qu'elle à vécu, le manque de liberté et une nostalgie primitive, presque sanguine après toutes ces années d'errance. On découvre Genève de nuit, en clair-obscur, par ses ruelles, ses ponts, ses grandes avenues et ses cafés où la narratrice revient sur ses souvenirs et sa vie brisée par la douleur.

Aujourd'hui Asli Erdogan est poursuivie par le gouvernement de l’AKP depuis le coup d’Etat manqué en Turquie du 15 Juillet 2016. Accusée de propagande terroriste, l’auteure est en danger permanent.

C’est bien avec des livres qu’on reste libre...


Mémoires de guerre / Le sang des prisonniers
20,00
par (Libraire)
23 mars 2017

Mémoires de guerre, le sang des prisonniers

C'est une partie de l'histoire de la seconde guerre mondiale qui est rarement abordée, celle des prisonniers de guerre allemands après 1945 en zone soviétique. Le témoignage d'Aloysius Pappert, dans son écriture simple et quasi photographique montre la réalité kaléidoscopique de ce monde ubuesque des camps russes. C'est aussi le récit d'un homme qui n'hésite pas à dire sa foi dans ces conditions extrêmes. Et ses interlocuteurs sont rarement indifférents, qu'ils soient allemands ou russes.


Des femmes en noir

Lacassagne, Anne-Isabelle

Le Rouergue

18,80
par (Libraire)
15 mars 2017

les femmes en noir

On a le gout du roman policier, mais c'est comme un gâteau, sous la couche de polar, il y a autre chose : le regard acéré d'une observatrice de la vie ecclésiale. L'auteur est en effet membre d'un service diocésain. Tout commence avec la mort d'un vieux prêtre... et l'on découvre qu'il était une femme. Stupeur générale. L'enquête est confiée à la chancelière diocésaine et à un jeun prêtre plutôt rigide.
la plume de l'auteur dresse avec talent des portraits d'un grand réalisme et montre les rapports homme/femme dans l'institution de l'Eglise. Savoureux!


Aveu de faiblesses
18,00
par (Libraire)
15 mars 2017

Aveux de faiblesse

Le jeune Yvan est laid, d'un manque d'intelligence peu commun et peu avenant, cela suffit-il à le rendre coupable de l'assassinat de son jeune voisin?
Frédéric Viguier pose la question : les a-priori sont-ils fiables?Tout désigne le coupable, la police n'attend que des aveux mais qu'en est-il de l'éthique?
Cette fiction confronte la justice française aux médias et à l'opinion publique, peut-être trop souvent consultée sur des faits divers...
Un roman intéressant et plutôt bien mené dont malheureusement les personnages manquent de chair. Une belle découverte néanmoins que cet auteur Nîmois que nous suivrons près!


Dieu, Allah, moi et les autres
16,00
par (Libraire)
15 mars 2017

Dieu, Allah, moi et les autres

C'est une plume rageuse et violente que celle de Salem Bachi. Son titre dit en partie la colère qui l'anime. Il aurait pu y ajouter un terme de plus en citant l'Algérie, son pays natal qui lui tient à cœur, mais dont les dirigeants l'exaspèrent. Tout à la fois récit autobiographique et retour sur les années post indépendance, le récit de Salem Bachi montre le désarroi d'une jeunesse qui espérait tant du monde nouveau à naître après 1962. Sans oublier la rage féroce contre une éducation religieuse imposée dès son plus jeune âge.